Enneatech Logo
Enneatech Logo
Lars Ruchel

Entretien avec notre responsable de l’assurance qualité, Lars Ruchel — À propos du laboratoire et de l’athlétisme

Il s’est toujours fixé des objectifs élevés : que ce soit en athlétisme ou en laboratoire, il s’attaque à tous les obstacles et ne craint aucun défi. Lars Ruchel, responsable du laboratoire d’assurance qualité, nous fait découvrir les coulisses et nous raconte ce qui le motive dans son travail et ses loisirs.

Lars, comment as-tu choisi ton métier ?

J’ai grandi dans mon métier — mais un peu de hasard et de chance ont également joué un rôle. Au départ, j’ai rejoint l’entreprise par le biais du thème REACH. Il s’agit d’un règlement de l’UE sur les produits chimiques et celui-ci concerne justement aussi les plastiques et leur retraitement.

À l’origine, je m’intéressais au recyclage. Mon parcours m’a conduit à la chimie, puis au génie environnemental et au génie des procédés. On y étudie les processus réels de l’industrie. Ceux-ci comportent encore une fois des aspects très différents de la chimie en tant que telle.

Et comment est né l’intérêt pour le plastique ?

C’est venu avec le temps — puis quand je me suis intéressé de plus près à la question. Le polyamide, en particulier, est un matériau attrayant pour le recyclage. Contrairement aux autres plastiques, il peut être refondu et réutilisé beaucoup plus facilement.

Pourquoi le recyclage et la durabilité sont-ils importants pour toi ?

Oui, pourquoi utiliser des produits neufs quand on peut le faire avec des produits recyclés ?

Lars Ruchel im Labor

Quelles sont tes tâches chez ENNEATECH et à quoi ressemble ton travail quotidien ?

Nous sommes responsables de l’assurance qualité des produits. Cela signifie que nous traitons d’une part des échantillons de matières premières et d’autre part des échantillons de produits finis. Grâce à nos appareils, de nombreuses mesures se déroulent aujourd’hui automatiquement, parfois même pendant la nuit. Ce n’est que lors d’analyses spéciales qu’il peut arriver que celles-ci soient transmises à des laboratoires externes.

Les activités administratives, comme une documentation détaillée, sont également indispensables pour notre entreprise soucieuse de la qualité. La vérification et l’entretien des moyens de contrôle prennent également beaucoup de temps et font partie de nos tâches régulières.

Vous avez dit que vos appareils mesuraient les échantillons pendant la nuit. Quelle est la part d’automatisation chez vous ?

Beaucoup. C’est aussi grâce à mon intervention que de nombreux processus sont aujourd’hui optimisés. Le soir, nous préparons par exemple des échantillons qui seront mesurés pendant la nuit et évalués le lendemain matin. L’efficacité s’est également multipliée grâce à l’automatisation.

Quelles sont les principales analyses que vous effectuez en laboratoire ?

D’une part, il y a le contrôle de la pureté — en tant que test rapide pour nos matières premières, le banc chauffant est particulièrement adapté à cet effet. Ensuite, il y a ce qu’on appelle l’analyse thermique DSC, qui est beaucoup plus précise. Celle-ci repose sur le principe que les substances présentent un domaine de fusion spécifique. Si nous chauffons un échantillon de plastique, nous pouvons voir à quelles températures les différents composants sont fondus. Si d’autres températures ont été mesurées en plus de la température de fusion du polyamide, nous savons que l’échantillon n’est pas du polyamide pur. Grâce à l’IRTF, nous pouvons parallèlement obtenir rapidement des informations supplémentaires sur le type de plastique d’un échantillon à l’aide d’un spectre infrarouge (similaire à une empreinte digitale).

D’autre part, nous mesurons la viscosité en solution des matières premières et des produits en dissolvant l’échantillon dans de l’acide sulfurique. La fluidité de la solution de polymère est ensuite mesurée au viscosimètre. En effet, selon l’utilisation de notre produit, une viscosité différente est nécessaire.

La mesure de la teneur en humidité et du résidu de calcination des matières premières et des produits finis utilisés fait également partie de nos analyses standard.

Les exigences des clients déterminent indirectement le mélange de matières premières dans la production. Pour cela, il est important de connaître précisément les paramètres nécessaires, ce que nous pouvons faire dans le laboratoire AQ.
Bien entendu, cela signifie aussi que nous devons reconnaître et éliminer les matières premières défectueuses. Mais cela permet d’éviter de produire en fin de compte des granulés contaminés.

Le laboratoire est-il parfois dangereux ?

Le risque est faible, car nous effectuons plutôt des mesures physiques et manipulons moins de produits chimiques dangereux. Seul l’acide sulfurique peut très rarement trouer la manche. Bien entendu, nous portons toujours des vêtements de protection, ce qui minimise également ce risque. J’ai fait l’expérience que le cutter est presque plus dangereux que d’autres pour le prélèvement d’échantillons.

Lars Ruchel mit Svea Röben bei der Qualitätssicherung

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton travail chez ENNEATECH ?

J’aime la variété. Je ne suis pas seulement dans le laboratoire, mais je me déplace sur tout le site d’ENNEATECH, que ce soit près du camion pour une livraison de matières premières, dans la production ou dans l’entrepôt. Cela me permet d’échanger avec le personnel. Je constate aussi régulièrement à quel point la cohésion est grande au sein de l’entreprise. Nous travaillons tous dans le même but.

L’esprit d’équipe est en outre encouragé par ENNEATCH lors des fêtes de Noël et d’été. Ce sont des moments forts particuliers de l’année. C’est là que nous avons la possibilité de nous réunir et d’échanger en dehors du travail.

En parlant de “hors travail”, que fais-tu d’autre en dehors de ton travail pour compenser ?

Je ne suis pas seulement en mouvement au travail, mais aussi pendant mes loisirs. L’athlétisme est une de mes passions. En tant que sprinter, j’ai couru le 100 m en moins de 11 secondes et le 200 m en 21,70 secondes. Déjà pendant ma période active, j’ai suivi la formation de juge, puis de starter et d’arbitre. Depuis, je participe à des compétitions dans toute l’Allemagne et je forme désormais moi-même de nouveaux juges en tant que référent pédagogique. C’est un domaine complètement différent de mon métier et c’est un équilibre, certes laborieux, mais qui me convient bien. J’attends avec impatience les championnats d’Europe au stade olympique de Munich, auxquels je participerai en août.

Et qu’est-ce que tu attends d’ENNEATECH ?

Chez ENNEATECH, les choses bougent aussi. À l’avenir, nous produirons également des compounds. Cette étape nous permet de passer du statut de simple fabricant de granulés recyclés non renforcés à celui de producteur de matériaux les plus divers pour des applications à valeur ajoutée encore plus élevée. Nous pouvons ainsi répondre encore mieux et de manière plus personnalisée aux souhaits des clients. Dans le laboratoire, nous aurons besoin pour cela de nouvelles méthodes d’analyse et donc d’appareils de contrôle supplémentaires en raison des exigences des clients. Ainsi, nous mesurerons les propriétés mécaniques des compounds ; par exemple, avec différents tests d’impact et de traction. Et nous allons vérifier de près si la formulation des compounds est bien celle que nous souhaitons. Ce sera un nouveau défi passionnant.

Vous souhaitez rencontrer une autre collaboratrice de l’entreprise ?
Cliquez ici pour lire l’interview de notre apprentie Svea Röben.

Images de © Fräulein Foto — Marthe Lind

Suivez-nous sur les médias sociaux

Suivez-nous
sur les médias sociaux

Enneatech Logo weiss
Enneatech Logo weiss
Enneatech Logo weiss
Enneatech Logo weiss
Enneatech Logo weiss
Enneatech Logo weiss